Premier graphique

Représentation projet

Voir le plateau et les scénarios

https://youtu.be/QhwxMkkHOyI

VUE

SCENARIO 1

SCENARIO 2

SCENARIO 3

La simulation tridimensionnelle modélise géométriquement le plateau avec ses parachèvements et son aménagement. A chaque surface est ensuite associée une série de paramètres décrivant son comportement acoustique. L’onde émise par la source choisie pour l’analyse (voix d’une personne) est suivie lors de sa propagation dans l’espace et de son interaction avec les différentes surfaces. Les résultats sont enregistrés sur un plan d’écoute à hauteur d’une personne assise. Ils se présentent sous la forme de cartes de deux types, d’écrits ci-dessous.

Afficher les cartes de propagation

Cartes propagation scénario 1

Cartes propagation scénario 2

Cartes propagation scénario 3

Carte de propagation

Ces cartes illustrent le niveau sonore global en dB (A) produit par la voix d’une personne. Elles permettent de visualiser la propagation d’un bruit dans l’espace, en fonction de la géométrie, du choix des matériaux et de l’aménagement. Il s’agit de la réponse élémentaire du local. Le volume de la voix normale (55dB (A) à un mètre en champ libre.

Afficher les cartes de concentration

Cartes concentration scénario 1

Cartes concentration scénario 2

Cartes concentration scénario 3

Carte d’intelligibilité

Ces cartes illustrent l’intelligibilité passive (*) de la conversation pour les autres occupants de l’espace. Si à proximité immédiate, une bonne communication impose une haute intelligibilité, à plus grande distance compréhension signifie dérangement et perte de concentration.

(*) il s’agit de l’intrusion de l’information pour une personne qui ne prête pas une attention active à la conversation. L’intelligibilité « passive » est à  » entendre » ce que intelligibilité « active » est à « écouter ».

Conclusions

Le confort acoustique résulte de la synergie entre l’absorption (A), l’effet d’écran des séparatifs (B) et la gestion du niveau d’ambiance (C). Ces trois dimensions doivent être couvertes simultanément pour atteindre le résultat attendu. Le meilleur retour sur investissement est obtenu lorsque ces trois dimensions du confort acoustique sont traitées de manière équilibrée.

Concrêtement, dans l’ordre décroissant de priorité

Le plafond Ultima présente une absorption avoisinant 70 % (alpha Sabine 0.7) qui est bonne sans être excellente (A). L’ouverture des espaces est à privilégier car elle permet à l’énergie acoustique de se dissiper naturellement avec la distance (A gratuit). Le masque sonore (C) est d’autant plus nécessaire que le bruit de fond naturel du bâtiment est très (trop) bas. Il doit présenter une génération 100 % aléatoire et disposer d’un réglage local en volume et en spectre. Lés séparatifs doivent présenter une isolation supérieure à 20 dB (âme isolante, B) et préférentiellement développer une absorption sur chaque face supérieure à alpha Sabine 0.6 dans les moyennes et hautes fréquences (A).

Le plafond réfléchissant en bout d’ailes accueillera favorablement un traitement absorbant (A) pour limiter une transmission le long de la façade. Une paroi au moins des coins réunions sera traitée au moyen d’un absorbant performant (A), dont l’épaisseur est supérieure à 40 mm, afin de limiter la résonance et l’amplification des conversations au sein des coins et ensuite leur transmission vers les espaces voisins.